skip to Main Content
couvertureecosymbiotitque

Isabelle Delannoy, environnementaliste et scénariste du film Home, et membre de Chez Nous, est l’auteur du concept d’économie symbiotique.

Elle vient de rédiger un ouvrage intitulé « L’économie symbiotique », sorti en octobre 2017 dans la collection « Domaines des possibles » dirigée par Cyril Dion chez Actes Sud.

L’éditeur du livre porte de grands espoirs sur ce livre et en parle de façon élogieuse. Les éditions Acte Sud nous proposent en lecture les premières pages où l’on peut retrouver la préface de Dominique Bourd.

Ce livre porte une extraordinaire ambition. Celle de proposer une théorie économique radicalement nouvelle : l’économie symbiotique, capable de faire vivre en harmonie les êtres humains et les écosystèmes.
Pour la première fois, Isabelle Delannoy propose une synthèse entre de nombreuses techniques et recherches mises en lumière ces dernières années : permaculture, économie circulaire, économie de la fonctionnalité, du partage – pair à pair –, économie sociale et solidaire, monnaies complémentaires… En associant les bénéfices de chacune d’entre elles et en en trouvant le principe commun, elle parvient à des résultats époustouflants. Dans de nombreux domaines nous pourrions réduire de plus de 90 % notre utilisation de matière tout en redéveloppant les capacités productives des territoires. Nous pourrions remplacer l’utilisation du métal et des minerais par celle de plantes et éviter ainsi d’envoyer des êtres humains au fond des mines. Nous pourrions créer des cités autonomes en eau, en énergie, en nourriture fraîche, mêlant immeubles-forêts et jardins filtrants, cités numériques et jardins d’hiver, autoroutes à vélo et véhicules autoconstruits, agriculture, fablabs et manufactures locales.
L’économie symbiotique s’appuie sur la symbiose entre l’intelligence humaine, la puissance des écosystèmes naturels et la technosphère (les outils). En trouvant le juste équilibre entre les trois, il est possible de produire sans épuiser les ressources, mais en les régénérant. (source)

Schéma conçu par Thibault Mangeard dans le cadre des travaux de l’atelier symbiotique 

Cet ouvrage présente une analyse innovante des nouveaux modes de production et d’organisation économique ayant émergé ces cinquante dernières années et montre qu’ils forment une seule et même économie, apparue de façon cohérente et non concertée dans le monde.

Réinscrivant les activités humaines dans les grands cycles de la planète, couplant leur productivité à la régénération des écosystèmes et des liens sociaux, ils forment ensemble une économie que l’on peut qualifier de symbiotique. (source)

La fondation Lunt a accompagné l’auteure dans son écriture et a aussi financé une vidéo d’animation qui résume bien l’état d’esprit de cette théorie économique :

Avec l’Université populaire, ouverte et permanente (UPOP de la Révolution du Sourire), nous avons prévu d’inviter Isabelle à un débat (sur le format de ce que nous avons fait sur « Repenser l’argent, en conscience ») sur les économies régénératives afin de mieux comprendre les subtilités et les différences avec l’économie de la transition, la permaéconomie, et l’économie bleue.

De façon spontanée Christine Gochard a proposé une infographie sur les 6 principes de l’économie symbiotique. La démarche #CodeSocial est un élément favorisant la fluidité et l’incarnation concrète de ces principes.

Isabelle cite ainsi le #CodeSocial à la page 188 :

De nouveaux outils naissent pour s’adapter à cette architecture mouvante. Le concept d’interopérabilité se développe pour permettre aux individus, aux entreprises, aux organisations de plus facilement s’assembler. En affichant clairement les processus selon un même code, une même grammaire, les organisations peuvent plus facilement communiquer, cerner les valeurs communes ou clivantes, et comprendre les modes opératoires qu’elles appliquent.

En France, Mathieu Coste a inventé le #CodeSocial. Observant comment, sur Internet, des développeurs pouvaient construire une oeuvre complexe en se basant sur un même protocole et des processus documentés, il a produit l’équivalent pour l’entreprise et plus généralement pour n’importe quelle organisation. Le #CodeSocial est un protocole permettant de décrire de façon unifiée les modèles sociaux et humains,  culturels et artistiques, écologiques, économiques, technologiques, juridiques et financiers. Fractal, il s’applique jusqu’au niveau du projet. Il établit ainsi une forme de “code de la route” où les valeurs affichées sont opérationnalisées.

Ce type d’outil, s’il est utilisable par n’importe quelle entreprise, association ou institution, est particulièrement adapté aux communs entrepreneuriaux : il permet aux différents acteurs de se décrire d’une même façon tout en gardant leur individualité. Ce faisant, il leur est plus facile d’entamer d’éventuelles coopérations. Il s’agit d’une forme de mise en interopérabilité des entreprises et des projets. Le développement de ce type de concept témoigne de la forte progression de l’organisation méta-entrepreneuriale.

Dans cette période où la théorie de l’effondrement prend de plus en plus de place dans la société, il est important aussi d’habiter des pensées économiques qui nous permettent de penser l’avenir… quel qu’il soit 😉

Back To Top